iGreen Houston

Un ecolo à Houston

13 avr

Sakharov

Posted in Mes infos on 13.04.15 by Merlyn

Il a aujourd’hui 64 ans. Il a inventé la bombe à hydrogène. Il est un des savants les plus honorés d’Union Soviétique. Il a pourtant abandonné tous les privilèges que lui procurait son rang pour revendiquer la liberté d’expression et défendre les droits de l’homme. Aujourd’hui, dans un état de santé précaire, Ardreï Sakharov et son épouse sont exilés à Gorki depuis 1980. Jack Gold (à qui l’on doit des films efficaces comme «Le petit Lord Fauntleroy» avec Alec Guiness ou «La grande menace» avec Richard Burton, mais aussi des films virulents comme «Les visiteurs») semble ici un peu gêné par un sujet trop exemplaire et qu’il ne peut pas étoffer de véritables scènes d’action.Sakharov Le destin de Shakarov, tel qu’on le connaît ici et tel que peut le résumer un film de deux heures, ne peut que se réduire à une suite de moments signifiants et dramatiquement forts. Gold a beau montré la rencontre avec sa seconde femme Helena, leur amour et leur inaltérable soutien mutuel dans le combat politique, il ne peut s’empêcher de minimiser l’être humain au profit du militant. On le regrette un peu, même si la lutte d’Andreï Sakharov et de sa femme pour une chose aussi évidente que la liberté de l’individu montre parfaitement (et sans haine ou excès) la répression implacable d’un régime qui n’admet pas la dissidence. Jason Robards joue un Shakarov tout dans le masque et Glenda Jackson une Helena tout en fragile détermination… Mais, devant un document comme «Sakharov», on se dit que les «bons sentiments» un rien trop mélodramatiques sont peut-être un excellent moyen de faire savoir à un grand public non motivé qui est Andreï Sakharov, quel combat il mène et quel danger de mort le menace, ainsi que son épouse, si la pression de l’opinion occidentale n’oblige pas le KGB à les laisser en paix. Le «Sakharov» de Jack Gold, dans la limite de ses ambitions et de ses moyens, participe à ce combat.

No Comments »