iGreen Houston

Un ecolo à Houston

23 Mar

Les Dieux sont tombés sur la tête… (suite)

Posted in Mes infos on 23.03.14 by Merlyn

Le premier film était déjà très drôle… du moins la première partie autour de la bouteille de Coca-Cola, tombée du ciel et semant la panique parmi les bushmens du Kalahari, puis du couple ayant des problèmes avec leur véhicule. La dernière partie du film, avec les guérilleros, était plus pénible. Là, dans « Les dieux sont tombés sur la tête… la suite », le scénario est plus solide, le rythme plus soutenu et les gags constamment irrésistibles. Cette « suite » est une vraie réussite, un petit joyau qui vous maintient constamment hilare.
D’abord parce que le couple garde-chasse/jeune femme de la ville, dans leur ULM en folie puis perdu dans la brousse, est digne de Laurel et Hardy. Ensuite parce que le film met en scène, avec un vrai sens comique, des animaux sauvages : fauves, hyènes, autruches, etc. Et que l’on résiste difficilement au naturel des acteurs, filmés dans de superbes grands espaces. Enfin, parce que, à travers la farce, Jamie Uys a décidé de dénoncer un certain nombre de « maux » modernes : les guéguerres frontalières en pays africains ou le trafic de l’ivoire. On retrouve ici N’Xau, la vedette du premier film, et il a gardé le même sourire sceptique et amusé à l’égard des Blancs qui lui semblent toujours aussi farfelus. Et franchement, il y a de quoi !

RENDEZ-VOUS AU TAS DE SABLE

RENDEZ-VOUS AU TAS DE SABLELongtemps, j’ai pensé qu’il s’agissait d’un documentaire sur les espaces réservés aux marmots dans les squares. En réalité, le propos de Richard Gotainer est beaucoup plus sérieux puisqu’il s’adresse aux musicophiles mélo maniaques branchés toute la journée sur France-Musique. Le mot d’ordre « Rendez-vous au tas de sable » serait celui des musiciens qui » font le bœuf », c’est-à-dire qui se lancent dans une improvisation délirante, sachant qu’ils finiront par se retrouver à la sortie, au bout du couloir à droite. Gotainer, président d’honneur des Jeunesses musicales de France, a décidé de nous faire partager son expérience en ce domaine. Pour la joie des petits comme des grands (à l’exception toutefois des grands qui n’ont pas su rester petits). Richard incarne le répugnant Nickel, conducteur de dépanneuse qui se met en tête d’arnaquer un groupe de rock ringardissime en devenant leur manager. L’Ostrogoth (tainer) connaît la question, et il en profite pour refiler quelques chansonnettes désopilantes dont il a le secret. De « Mon cœur est un yoyo » à « Marilyn ou Marilou », c’est un festival. S’agit pas de manquer le rendez-vous !

No Comments »