iGreen Houston

Un ecolo à Houston

27 jan

Quelques citations dans la presse à propos de Vanessa Paradis

Posted in Mes infos on 27.01.14 by Merlyn

Vanessa Paradis

Enfants chanteurs, parents bonheur, on connaît le processus de béatification médiatique de ces bambins qui sortent artistes de variétés des studios d’enregistrement. Trois petits tubes et puis s’en vont… Mais voici Vanesse. Paradis, quatorze ans, enfant (?) chanteuse, voix porteuse, différente de ses congénères… «Quand j’ai vu le texte de la chanson pour la première fois, je me suis dit que c’était le plus original que j’aie jamais connu »…«J’y comprends rien. Tous ces gens qui écrivent à la maison de disque pour dire qu’ils m’aiment.»

Libération aout 87
Le trio Pain, Langolff, Roda-Gil se retrouve avec Vanessa, âgée alors d’à peine treize ans, pendant la séance d’enregistrement du disque de Sophie Marceau qui sera intitulé (prémonition ?) «Bérésina ». Vanesse s’ennuie un peu et Roda-Gil rame pour faire chanter miss La Boum. Vanessa se réveille vers trois heures du matin en s’écriant : «C’est à moi qu’il faut faire des chansons !»

France-Soir décembre 87
«Je suis dans une classe géniale. Quand il y en a un qui déconne, tout le monde suit. Par exemple, on déplace les deux pieds du bureau de l’estrade et quand le prof s’installe, il tombe »… « En interview, on tombe quelquefois sur des têtes de con, mais en général j’aime bien rencontrer des gens sympa avec qui on peut discuter.»

Le figaro décembre 87
«Tout en continuant à chanter, je souhaite poursuivre mes études, au minimum jusqu’au baccalauréat.»

Première novembre 89
«Le soir où j’ai découvert « Noce blanche », il y avait avec moi une cinquantaine de personnes que je ne connaissais pas. Je me suis enfoncée dans mon fauteuil et la lumière s’est éteinte. Maintenant, je sais que je n’irai plus jamais me voir au cinoche même si j’ai aimé le film. Quand je me suis vue, je me suis dit : Mais quelle horreur! Cache-toi, pauvre fille! Ma voix aussi m’a choquée .. ce n’est ni celle que j’entends quand je parle ni celle que j’ai quand je chante.»

L’express novembre 89
«Si j’ai un César, tant mieux. Sinon, c’est un peu comme le bac. Moi, j’ai arrêté en première, alors je m’en fous.»

Le figaro novembre 89
Avec Vanessa Paradis, on va de surprise en surprise. Dans la vie, elle n’est ni une poupée qu’on manipule ni une Lolita acidulée qui suce son pouce. A dix-sept ans, elle revendique le titre de femme. «J’ai été la bête noire du showbiz. On a critiqué ma façon de chanter, de me maquiller et de m’habiller. Qu’importe. J’aime ce qui sort de l’ordinaire…

L’événement du jeudi novembre 89
«Il faut arrêter de penser que l’on gagne des milliards en vendant des disques ou en faisant des films. Mon argent est bloqué jusqu’à ma majorité et l’on me donne juste de quoi bien vivre. Plus tard, comme tout le monde, j’aimerais acheter un appartement…
Le figaro madame décembre 89
« Pour celui que j’aime, pour «mon homme», je quitterais tout, même mon métier, s’il le fallait.»

Télé star décembre 89
«On me prend pour la reine des connes, pour un produit fabriqué. Parce que je dérange les gens, physiquement et moralement. Mais tant pis. Je n’ai pas l’intention de faire des efforts pour plaire. Je suis à prendre ou à laisser… Depuis un an, c’est une véritable passion que je vis. Je sais que ce n’est pas très gentil de dire ça mais avant, les garçons, je les faisais tourner en bourrique, je m’amusais beaucoup. Avec lui (Florent Pagny-NDLR), c’est sérieux. Je sais que je vis, pour la première fois, une très grande histoire d’amour.»

Télé star avril 90
«J’ai dû me blinder contre la haine de certains. C’est dur, à quinze ans, de s’en-tendre traiter de putain par des jaloux en pleine rue.»

Rolling stone mai 90
«Elle a ceci en commun avec Brigitte Bardot, explique Serge Gainsbourg, qu’avec une telle aura de séduction, les femelles la détestent. Elles se prennent les moules parce qu’elles craignent toutes qu’elle leur pique leur julot. »….«Je comprends ceux qui ne m’aiment pas. J’ai une vie formidable, excitante, du blé, des fringues, je voyage, et eux se font chier à l’école. C’est con et injuste mais inévitable… Je l’ai montré une fois, mon petit cul. Profitez-en bien parce que désormais, il y a toutes les chances pour que vous ne le voyiez plus.» Vanessa Paradis n’est pas seulement la meilleure chanteuse de 1989, tous âges confondus. C’est la super star internationale des années 90 dont la France n’avait jusque-là pu que rêver…

FRANCE-SOIR JUIN 90
«Moi, une star? Marilyn en était une. Je ne suis pas Marilyn, donc je ne suis pas une star.»

No Comments »

27 jan

Lolita du Top 50

Posted in Mes infos on 27.01.14 by Merlyn

Vanessa ParadisJeune, belle, sexy et talentueuse, la Lolita du Top 50 épate aujourd’hui nos petits écrans avec « Noce blanche» (Zeed Production). Vanessa Paradis supporte toutes les pressions, même celles qui provoquent la comparaison avec B.B. en personne. Si V.P. était tout simplement la star française des années 90? A suivre de très très près…
Les haineux de base y perdent leur latin. La nouvelle bombe sensuelle de ce début de décennie, fait éclater leurs neurones de lobotomisés. Vanessa Paradis les ennuie, pour ne pas dire plus. Lorsque la donzelle-caramel sussurait ses romances estampillées Top 50, il y en avait un bon paquet qui hurlait de dépit. «La chanson française fout le camp, ma bonne dame!» Et la lycéenne d’encaisser sans broncher les attaques en bloc et de poursuivre son bonhomme de chemin vers la gloire. Cinq chansons, cinq tubes et les langues de vipères «show-biziennes» acceptent enfin de lui lâcher ses adorables petites baskets. C’est le bon moment pour la Lolita de balancer son pain de TNT dans les yeux ébahis des égratigneurs de luxe et des polémiqueurs de cocktails : «Noce blanche». Unanime, la critique lui tisse des lauriers de fleurs sans vergogne, applaudissant à deux mains et deux pieds la performance de la Vanessa. On peut penser que le César A dix-sept piges, sa maturité est déjà grande même si elle ne veut pas parler d’avenir. du meilleur espoir féminin et le Prix Romy Schneider font comprendre aux professionnels du disque qu’il serait peut-être de bon ton de reconnaître son talent et de lui offrir une Victoire de la musique.

Vanessa ParadisC’est chose faite. Nos haineux de base ne savent plus trop quoi faire : retourner leur large veston blindé ou continuer à démolir la star en herbe au risque d’être ridicules. Les plus malins choisissent une troisième voie : pas de mea culpa mais «vous savez, c’est tellement difficile de dire qu’elle nous horripile toujours que bon bah beuh…» Bref, quand il se pointe une artiste de cette trempe, il vaut mieux tourner sa langue sept fois dans sa bouche avant de cracher son venin. Si la comparaison avec Bardot fait son chemin, c’est qu’au-delà des comparaisons chères aux médias, il y a des similitudes qui ne trompent pas. Bien sûr, on est encore loin du véritable phénomène de société qu’était la B.B. au faîte de sa gloire mais la petite bougresse a déjà marqué quelques bons points. L’époque n’est pas la même et Vanessa Paradis le sait, elle qui a pour idole la star des stars : Marilyn Monroe. A dix-sept piges, sa maturité professionnelle et personnelle est déjà grande. Quand on se fait insulter dans la rue parce qu’on représente un pulpeux danger (ça vous rappelle quelqu’un?), que les médias vous portent aux nues après vous avoir souvent cantonnée dans le rôle de la «minette-varié-tés», il faut avoir un bon brin de génie pour faire un film avec Brisseau et mettre dans sa fouille Gains-barre himself. Les larmes versées lors de ces redoutables cérémonies que sont les Césars et les Victoires de la musique ne sont alors que la marque d’une sensibilité plus que jamais intacte. Car la blondinette a un cœur gros comme ça et ne tient pas trop à ce qu’on vienne y fourrer son nez. Son histoire d’amour avec Florent Pagny ne fait pas la «une» des journaux et l’on ne prévoit pas un grand mariage à Saint-Tropez dans les mois qui viennent. Savoir protéger sa vie privée fait partie des paramètres de la star d’aujourd’hui. Isabelle Adjani, qui a connu comme Vanessa des débuts cinématographiques tonitruants, sait cela depuis des lustres. Reste la dimension sensuelle et sexuelle qui est souvent à la base d’un phénomène. Vanessa alterne avec bonheur les fringues branchées style jean déchiré et les robes de femme fatale qui mettent en valeur sa silhouette de Lolita de poche, de femme-enfant dévastatrice.

C’est en grande partie ce qui fait craquer l’homme mûr que joue Bruno Cremer dans «Noce blanche». Ce parfait petit corps nu que Vanessa livre pour la première fois (et la dernière fois, c’est elle qui le dit) à l’œil fouineur de la caméra ajoute à la dimension des fantasmes que suscite ce petit coin de Paradis. Plus fugace que la flamboyante démonstration d’érotisme provoquée par Adjani dans «L’été meurtrier», cette révélation est déjà en bonne place dans la légende de la jeune actrice. On se met à rêver d’une nouvelle coopération entre la belle et la «bête» (le génial Gainsbourg) dans un «Je t’aime moi non plus» teinté de «Lemon incest». version 90.

Vanessa ParadisMais Vanessa Paradis a toutes les chances de choisir une autre voie, alternant avec succès la chanson et le cinéma. Ce n’est pas une mince affaire dans notre pays qui a trop souvent catalogué les artistes dans des genres précis. Cette mentalité est en train de changer un peu. Quels choix fera désormais l’adorable créature, sûre d’un talent qu’il faudra pourtant remettre très souvent en question pour faire une grande carrière? Se soucie-t-elle d’ailleurs de faire carrière? Ces deux questions sont au centre d’un avenir que l’on subodore pour le moment tout rose. Le chemin parcouru entre •«Joe le taxi» et «Tandem » incite à le croire. L’exceptionnelle prestation de la donzelle dans «Noce blanche» le laisse présager. L’intelligence est le maître-mot de ce parcours sans faute où l’entourage a su discrètement s’adapter à la personnalité de la «gamine». Car elle a débuté sa carrière en mai 1981 en se souciant peu d’une élection qui a pourtant modifié le paysage politique français. Vanessa était l’une des participantes de la désormais ancestrale émission «L’école des fans».

Vanessa ParadisA huit ans, elle adorait la chanson de Philippe Chatel, «Emilie jolie», et l’a interprétée devant un auditoire qui aujourd’hui ne s’en souvient même pas. Anecdote. L’enfant-chanteur se révèlera six ans plus tard avec déjà un côté « lolycéenne séductrice » hors-normes. Car il y a le charme, cet attribut mystérieux et impalpable qui transforme les êtres, et les artistes en particulier, en vedettes ou pas. De ce côté-là, Vanessa à eu sa part, laissant les esthètes lui reprocher sa petite taille, ses yeux rapprochés et son absence de bouche (ah bon). Il ne nous reste plus qu’à prendre rendez-vous avec elle dans une dizaine d’années pour savoir si la comparaison avec ses devancières tiendra encore la route. En attendant, effectuons ensemble un retour en arrière sélectif sur la Paradis depuis 1987 à travers ses déclarations et les commentaires des organes de presse. Passionnant…

No Comments »

27 jan

Sony investit 500 millions de francs pour créer la bande magnétique de l’an 2000

Posted in Mes infos on 27.01.14 by Merlyn

Il n’est pas rare ces temps-ci d’entendre dans la bouche d’un ministre ou de celle d’un PDG des mises en garde sur l’expansionnisme commercial japonais. D’après eux, les massives exportations nippones conduisent directement les travailleurs français de certains secteurs au chômage. Leurs craintes sont sans doute réelles. Mais paradoxalement, elles ne concernent que partiellement le symbole même de la puissance technologique et commerciale du Japon, à savoir Sony. En effet depuis le début des années 80, Sony a installé plusieurs de ses usines sur le territoire français : en Alsace ( avec une usine de fabrication de caméscopes 8mm, magnétoscopes, lecteurs de disques compacts et autoradios), en Aquitaine (fabrication de cassettes audio et vidéo), à Dax et à Bayonne. Au total, ces trois sites emploient près de 1550 personnes. L’arrivée de nouvelles gammes de cassettes audio et vidéo Sony est l’occasion de faire un tour d’horizon de sa production de bandes magnétiques. C’est l’une des activités phares de Sony, même si son fameux Walkman et ses caméras vidéo sont pourtant mieux connus du grand public. En effet, le premier produit qu’Akio Monta, le génial fondateur de Sony, a mis au point dès 1949 est une cassette audio. C’est d’ailleurs de là que vient le nom de la société (en latin «soni» signifie son). Voilà pour l’histoire… Aujourd’hui, Sony dispose d’une gamme de bandes magnétiques qui couvre tous les supports d’enregistrement existants : des cassettes (audio, vidéo et Umatic) aux disquettes (informatique et photo) en passant par la vidéo digitale et le Dat. Pour sa part, l’usine de Dax produit des cassettes VHS. Elle fabrique les coques qui serviront à recevoir la bande magnétique découpée sur place. Chaque seconde, une cassette est produite sans que personne ne la touche jamais. Pour éviter les risques de pollution des cassettes par la poussière, la plupart des opérations se font en «salle blanche» totalement aseptisée. Dans moins d’un an, une usine d’enduction complétera le cycle en amont et fournira les bandes magnétiques.

Sony

Il s’agit d’un transfert de technologie très important qui a nécessité un investissement de 500 millions de francs. Pour l’heure, l’usine de Dax concentre sa production sur la nouvelle série V. Ces cassettes bénéficient de toutes les innovations technologiques Sony. L’amélioration du rendement des cassettes VHS est lié à l’augmentation de l’énergie magnétique. Cette énergie dépend de la qualité et de la répartition des particules magnétiques. Sony a mis au point un nouveau procédé d’enduction (c’est-à-dire de dispersion des particules magnétiques sur le film-support) pour accroître la densité de particules utilisées. Les amateurs de qualité d’image devraient y trouver leur compte…Du nouveau également sur le front de l’audio puisque Sony renouvelle totalement sa gamme (fabriquée à Bayonne) avec pour objectif de conforter sa place de leader sur le marché. On retiendra l’arrivée d’un nouveau format (100 minutes) et surtout la création de «la Métal Master» dont les performances sont tout bonnement excellentes. Pour la rentrée, Sony a décidé d’en mettre plein les yeux et les oreilles. Personne ne s’en plaindra.

No Comments »

27 jan

Delta chat…

Posted in Mes infos on 27.01.14 by Merlyn

Rentrée animale chez Delta avec deux cassettes intitulées «Votre chat et vous» et «Votre chien et vous» qui, à l’aide de conseils du Docteur Pierre Rousselet-Blanc (vétérinaire depuis 20 ans) traitent des différents problèmes auxquels les possesseurs d’animaux à quatre pattes peuvent se heurter. Rentrée sportive également puisque Delta, après avoir édité cet été des cassettes sur le golf, le tout terrain et l’aviation sort «Deux roues vers la gloire», un documentaire sur l’entraînement des grands sportifs… spécialistes de la pédale.

Luis Mariano, l’immortel chanteur à la voix d’or

Luis MarianoDétesté par les uns, adoré par les autres, Luis Mariano n’a jamais laissé personne indifférent. Son aspect volontiers caracolant avait certes de quoi irriter, mais nul ne peut nier son immense talent. Deux éditeurs de vidéo s’emploient activement à le faire con naître aux nouvelles générations. Virgin Vidéo, à l’occasion du vingtième anniversaire de sa mort, lance un coffret qui comprend trois films, «Sérénade au Texas», «Violettes impériales» et «Le chanteur de Mexico», pour un prix indicatif fort intéressant : 349 francs, soit trois cassettes pour le prix de deux. De son côté, René Chateau lance une nouvelle collection intitulée «Luis Mariano». Trois titres sont déjà disponibles, «Andalousie», «La belle de Cadix» et «Histoire de chanter». Le point commun à tous ces films? Une décontraction toute méridionale, toujours mise en valeur par le panache serein du grand interprète. Officiellement, il naît le 12 août 1920. En réalité, on ne l’a su qu’après sa mort, c’est en 1914 qu’il voit le jour. Cette supercherie n’a rien à voir avec de la coquetterie.

Luis MarianoC’était pour tromper les autorités espagnoles. En effet, il aurait pu être mêlé aux événements qui ont bouleversé son pays natal. Tandis que né en 1920… Et quand il débarque en France avec sa famille, il jouit du statut de «réfugié économique». Il devient élève à l’école des Beaux Arts de Marseille, découvre sa vraie «voix» et s’inscrit en 1941 au Conservatoire de Bordeaux. C’est à la fin de la guerre qu’il devient une vedette avec comme point d’orgue, «La belle de Cadix», un extraordinaire succès qui dure près de deux ans. Cet Espagnol connaît son métier sur le bout des doigts, et par le truchement du disque, de la radio, du théâtre, du cinéma et même de la TV, il entretient une véritable passion avec le public et devient une idole vivante. Toute sa vie est consacrée à la musique et quand il décède le 15 juillet 1970, la municipalité d’Arcangues (dans les Basses-Pyrénées) où il est inhumé lui fait élever un buste ciselé par le grand Paul Belmondo, le père de Jean-Paul. Aujourd’hui encore, sa tombe est toujours fleurie. Luis Mariano est entré dans la légende. Définitivement.

No Comments »

27 jan

Hit CDV

Posted in Mes infos on 27.01.14 by Merlyn

Always« Always » de Steven Spielberg, avec Richard Dreyfuss et Molly Hunter (MCA).
•« Retour vers le futur 2» de Robert Zemeckis, avec Michael J. Fox et Christopher Loyd (MCA). « Outrages » de Brian De Palma, avec Michael J. Fox et Sean Penn (RCA).
•«Abyss» de James Cameron, avec Ed Harris et Mary Elisabeth Mastrantonio (CBS/Fox).
•« Chérie, j’ai rétréci les gosses» de Joe Johnston, avec Rick Moranis (Touchstone).
•« Le cercle des poètes disparus» de Peter Weir, avec Robin Williams (Touchstone). e« Tango and cash» d’Andrei Konchalovski, avec Sylvester Stallone et Kurt Russell (Werner). •«Allô maman ici bébé» d’Amy Hercherlin, avec John Travolta et Kristie Al-ley (RCA).
•« Autant en emporte le vent» de Victor Fleming, avec Clark Gable et Vivien Leigh (MGM). e« Le magicien» de Todd Holland, avec Bean Bridges et Fred Savage (MCA). Cette liste ne comprend que des titres disponibles en compact disc vidéo «import» et nous est fournie par le magasin VO Only. Mais vous pouvez également les trouver dans d’autres magasins spécialisés.

Sony magie

Du jeudi 27 au dimanche 30 septembre, Sony prend possession du Palais des Congrès à Paris en créant quatre jours de magie électronique entièrement consacrés à l’univers de l’image et du son. Petits et grands pourront ainsi découvrir l’étendue des différentes gammes de produits Sony mais aussi s’informer sur le satellite, le câble, le Laserdisc… et mettre leurs connaissances à la pointe de l’actualité.

Livraison Warner

Pour la première fois, Warner Home Vidéo s’implante dans un grand magasin! Dans un large espace de toutes les Nouvelles Galeries, cet éditeur vous propose un choix de 500 cassettes, vendues de 99 francs à 159 francs, classées par thème ou par collection (James Bond, dessins animés, National Géographic…). Vous pouvez aussi commander la cassette de votre choix, et la recevoir dans un délai de huit jours maximum. Attention, seul le catalogue Warner est à votre disposition, Home Vidéo oblige.

No Comments »